La ’14-18′

Somme 2018, le centenaire d’un conflit mondial

Au cœur du premier grand conflit mondial, la Picardie, et notamment la Somme, a particulièrement souffert de ces années de guerre. Villes et villages rasés, édifices, routes, ponts détruits, campagnes dévastées, que subsiste-t-il aujourd’hui? Si beaucoup de traces ont disparues il reste néanmoins beaucoup de cimetières militaires et autres mémoriaux, Il nous reste également un devoir de mémoire. Project Adventure vous propose un tour d’horizon de cette région française qui a beaucoup souffert et vous emmène les 26 et 27 Mai 2018 sur les traces de la bataille de la Somme (résumé de cette 1ère édition en bas de cette page).

Durant ce weekend chargé d’histoire nous vous proposons de sillonner les petites routes de la  région Péronnaise à la recherche des traces de ce conflit mais aussi de découvrir le charme et les curiosités de cette région.

 

La bataille de la Somme

Fin 1914 la guerre s’enterre, notamment en Picardie. De part et d’autres il y aura des tentatives d’avancé plus ou moins couronnées de succès, mais toutes aussi meurtrière les unes que les autres. Notamment début 1916 à Verdun par les troupes allemandes puis l’été ce sera la grande offensive préparée depuis l’hiver 1915 : la bataille de la Somme. Beaucoup y laisseront leur vie (presque 1 millions de tués, disparus ou blessés), mais la somme paiera encore un lourd tribu lors de l’offensive allemande de début 1918 qui les amena jusqu’aux portes d’Amiens.

Notre circuit vous permettra de découvrir nombre de sites tristement célèbres : Péronne mais aussi Longueval, Thiepval, La Boisselle, Albert, Beaumont -Hamel, Pozières…

 

La haute Somme

La haute Somme ce n’est fort heureusement pas que ces épisodes de la grande guerre, c’est aussi une région naturelle et pleine de charme avec les vallées de l’Ancre et de la Somme, le belvédère de Vaux, les anguillères, la bière et autres spécialités locales.

 

Déroulement de notre weekend

Dans un but de facilité de gestion du weekend, les départs du samedi et du dimanche se feront de l’hôtel restaurant ‘Le Prieuré’ (***), à Rancourt. Cet établissement, situé à quelques kilomètres de Péronne assurera également la partie traiteur pour les pauses du midi. Pour la nuit le site possède un parking fermé et discret.

Le circuit du samedi, après à peine quelques kilomètres, nous fait entrer dans le vif du sujet et emmène vers Longueval, (mémorial Sud Africain), Pozières (mémorial Australien), Thiepval (monument Australien, musée de la bataille de la Somme, Tour d’Ulster), Beaumont Hamel (parc mémorial Terre-Neuvien). Le tracé redescend ensuite vers Albert (Musée Somme 1916, Gare, Basilique). Après la pause déjeuner le tracé repart à l’Est vers La Boiselle (Lochnagar crater) jusqu’à rejoindre Rancourt. Le long de ce tracé serons présent nombreux de cimetières, monuments plus ou moins connus ou importants.

Le dimanche, le circuit est tout autre, moins axé sur les sites historiques, il permet de se ressourcer le long de la vallée de la Somme : Curlu, Hem Monacu, Frise (village où Blaise Cendrars s’est battu en 1914). Les longues plaines picardes ne seront pas oubliées pour autant : Champs à perte de vue, parfois quasiment recouvert de coquelicots, éoliennes. Nous trouverons ainsi sur notre passage : villages, châteaux, églises... Après le repas, nous remontrons notamment vers Fay (village reconstruit 2 fois, une fois après la première guerre mondiale mais aussi après la seconde) puis Eclusier-Vaux et ses célèbres anguillères. Cappy, Froissy, Proyart, Méricourt sur Somme puis Etinehem et le cimetière de la Côte Quatre-Vingt, Bray sur Somme, Suzanne (Château), et enfin la belle remontée sur le belvédère de Vaux qui nous amène sur la route de Péronne. Péronne avec son historial de la grande guerre mais aussi les restes de son château du moyen âge et ses remparts datant de Vauban.

Cartographie :

 

L'affiche :

 

Résumé de cette première édition :

Samedi 9 heures, parking de l’hôtel-restaurant Le Prieuré à Rancourt: une fois le café pris, les sacs cadeaux et autre road book distribués, les participants ont rejoint leur véhicule ou se sont installés dans le car en vue d’un départ imminent car oui il a été possible de vivre la journée du samedi dans un bus ancien.

 

Il aura fallu 5 ans pour restaurer entièrement cet autocar de 1956 conduit par Eric. A cette époque il n'y avait pas de direction assistée et il fallait de gros bras pour conduite ce type de bus. Ambiance assurée dans le bus, ni besoin d'autoradio étant donné le bruit du moteur. D'ailleurs on pouvait tout juste entendre les commentaires d'Annick le long du parcours. De même pas de climatisation dans les bus à cette époque. Pourtant elle aurait été appréciée un peu plus tard dans la journée quand le soleil s’est vraiment installé.

Après le gros orage de la nuit le temps est brumeux mais l’on sent déjà que le soleil va nous accompagner un peu plus tard dans la journée

Premier arrêt visite au mémorial Sud-Africain à Longueval
Outre un cimetière le site présente d’intéressants tableaux en relief

Une fois notre route reprise nous nous dirigeons vers Beaumont-Hamel pour une visite du mémorial Terre-Neuvien. Le site a été gardé en l’état avec ses tranchées et autres trous d’obus. Contrairement à beaucoup d’autres sites les champs de bataille n’ont pas été remplacés par des champs tout court.

Après une photo de groupe nous reprenons la route vers Albert, encore et encore jalonnée de cimetière dont nous avions demandé aux participants de les compter…

Albert : stationnement sécurisé des véhicules dans la cour d’une école près du musée Somme 1918

 

Avant la pause déjeuner, les participants ont fait un petit tour dans la Basilique d’Albert dont la restauration de la vierge a nécessité quelques 40000 feuilles d’or…
C’est donc après la pause déjeuner que nous avons entrepris la visite du fort intéressant musée d’Albert qui est notamment ponctué de scénettes retraçant la vie des soldats durant la guerre

A quelques kilomètres d’Albert un petit arrêt au milieu des champs afin de découvrir le Lochnagar crater, cratère créé par l’explosion de 30T d’explosif…

 

Ensuite c’est le site de Thiepval qui nous accueille. La visite du musée climatisé à permis de se rafraichir un peu la température dans les voitures et dans le bus commençant vraiment à monter. La scénographie, le contenu du musée de Thiepval sont différents et rendent intéressant sa visite même après le Musée d’Albert.

De retour dans nos voitures la route se fait à nouveau champêtre jusqu’à notre retour à Rancourt.

Et c’est donc en fin d’après-midi que nous atteignons Rancourt où un ultime arrêt sera effectué au mémorial national de Rancourt. A noter que Rancourt est le seul village possédant un cimetière Français, Allemand et Britannique.

De retour à l’hôtel, les participants ont non seulement répondus à la question fil rouge de la journée (combien y avait-il de cimetières visibles sur notre parcours) mais aussi à toute une série de questions portant sur ce que nous avions vu. Une fois les réponses données et les cadeaux distribués nous nous sommes donné rendez-vous pour le diner.

Le dimanche

Le départ a été donné comme la veille, autour de 9 heures. La veille ayant été chargée en visites et autres arrêts autour de la grande guerre, le dimanche a été consacré quasiment exclusivement à la découverte de la Haute Somme. Plus question de compter les cimetières le but est de découvrir et d’apprécier le paysage.

Le premier arrêt, au belvédère de Vaux, a permis de découvrir cette vallée de la Haute Somme et ses nombreux marais et étangs, véritable paradis pour les pêcheurs et amoureux de nature.

Le second arrêt a d’ailleurs permis de découvrir ou redécouvrir les anguillères, piège à anguilles qui à l’instar du saumon parcourent des milliers de kilomètres pour venir vivre une partie de sa vie en rivière avant de retourner se reproduire dans les mers d’Amérique centrale, dans la mer des sargasses à une profondeur d'environ 1000m ...

Une fois sorti de ce paradis des pêcheurs notre route s’est élevée pour déambuler le long de ces grandes plaines picardes dédiées à la culture de céréale, de pomme de terre et de betterave.

En fin de matinée une visite guidée de l’église de Falvy a permis de remarquer que celle-ci était en de d’architecture romane d’un côté et … gothique pour l’autre. Mais ce n’est pas là son seul attrait: contrairement à une grande partie des églises de la région elle a été peu détruite, les monuments historiques ont donc décidé de la restaurer dans les années cinquante. Elle possède donc de très beaux vitraux et un plafond qui, au premier coup d’œil semble en bois mais est en fait … en béton (restauré après la seconde guerre mondiale, période où a d’ailleurs été bâtie la tour Perret à Amiens)

 

Midi ayant sonné, tous le monde s'est installé autour du repas qui, comme la veille, provenait du Prieuré.

L’après-midi, avant de replonger dans la vallée de la Haute Somme nous avons découvert un type champ un peu particulier : les ‘champs d’éoliennes’. En effet ces grandes plaines sont également venteuses. De même nous avons pu apprécier quelques églises et autres châteaux.

Puis nous sommes remontés sur le plateau au niveau du belvédère du camp de César pour nous imprégner une dernière fois de cette verte vallée. Dernière étape pour rejoindre Péronne et visiter le musée historial de la grande guerre. Là aussi on aurait pu croire comme c’est le cas parfois le cas dans d’autres régions, qu’il y aurait redondance dans le contenu, présentation … Et bien non Albert, Thiepval et Péronne ont chacun leur style et contenu et valent tous trois une petite visite.

  

Visite finale car la fin de journée approchait et nos participants, venus pour certains du sud de la région parisienne, devaient reprendre la route.
Nous tenons à remercier nos partenaires pour leur aide dans la réalisation de ce weekend (Le Prieuré, les cars Perdigeon, le caviste au Pays d'Oc) mais aussi nos partenaires habituels. De même nous remercions les participants qui ont tous amené une bonne dose de bonne humeur. Merci également à Annick et Philippe pour leur forte contribution à la réalisation de ce WE.

Prévu initialement pour n’être réalisé qu’une seule fois à l’occasion du centenaire de la guerre 14-18 mais suite aux retours positifs que nous avons reçu de la part des participants, il n’est pas exclu que nous reprogrammions ce weekend en 2019. A suivre donc…

 

Vous avez raté cette première édition?

Vous désirez effectuer cette randonnée à titre individuel, en groupe, accompagné ou non par Project Adventure, contactez-nous, nous pouvons vous proposer le road book jusqu'au weekend complet avec l'hébergement.